Janvier 2018 - Enquête sur l'image et la perception des Nouvelles Routes de la Soie

La Fondation Victor Segalen a été sollicitée pour réaliser une enquête sur l'image et de la perception en France du concept des Nouvelles Routes de la Soie, initié il y a trois ans par le Président Xi Jing Ping, et intitulé "Yi dai, Yi lu" (Belt and Road Initiative).
 
La première partie de cette enquête, menée auprès de leaders d'opinion, en partenariat avec l’Institut Opinion Way, révèle quelques grands enseignements :
 
Prudents face à un sujet qui ne fait pas l’objet de polémiques dans le débat public, les leaders d’opinion interrogés affichent des préjugés bienveillants à l’endroit de l’initiative « Nouvelles Routes de la Soie ». 

Leur niveau d’information ne doit être ni surestimé, ni sous-estimé : une majorité d’entre eux en ont une connaissance seulement récente et incomplète. Les points bénéfiques du projet sont cependant bien identifiés. 

Discrètes dans l’opinion, les critiques de l’initiative « Nouvelles Routes de la Soie » se concentrent sur l’impact environnemental des projets qui seront développés dans le futur, ainsi que sur la possibilité de voir la Chine appliquer une stratégie expansionniste. 

Les médias généralistes suivent attentivement les avancées techniques et diplomatiques de l’initiative. Cependant, leurs publications ont du mal à susciter l’intérêt en dehors des moments clés de la communication officielle sur ce sujet. 

La visite d’Emmanuel Macron en Chine a apporté un éclairage important sur l’initiative « Nouvelles Routes de la Soie » et renforce aux yeux des leaders d’opinion la place de la France dans le projet. Ce voyage a cependant aussi fait émerger des craintes liées à l’initiative qu’ont à la fois les leaders d’opinion et certains internautes. 
 
La seconde partie de cette enquète est une analyse de la visibilité en ligne du concept des Nouvelles Routes de la Soie.
En quelques mots :
• La presse en ligne se montre très attentive aux Nouvelles Routes de la Soie et a massivement repris les avancées du projet au gré des événements qui ont ponctué l’année. A noter que les médias français adoptent une approche pays par pays détaillant les obstacles et problématiques nationales.
• Sur la période, la récente visite d’Emmanuel Macron en Chine et ses déclarations sur les Routes de la Soie sont l’événement le plus visible, suivi du Sommet de Pékin en mai 2017.
• Parmi les émetteurs les plus prolixes en la matière, on trouve des personnalités politiques comme Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin ou encore Jacques Cheminade, favorables au projet, mais aussi de nombreux experts. Leurs opinions sont diverses entre critiques de la Chine, notamment sur la question des droits de l’homme, et fervents soutiens au projet. Bon nombre d’entre eux interrogent sur le rôle de l’Europe dans ce projet et sur son poids économique.
• On notera la publication par la revue interdisciplinaire portant sur l’Europe fondée par des étudiants et chercheurs de l’ENS Ulm, le Grand Continent.eu, de l’article "La route de la Soie n’aura pas lieu" qui reprend et traduit une publication du media japonais anglophone Nikkei Asian Review. Des contributeurs se sont rendus dans les pays concernés par la BRI (Belt and Road Initiative) afin de constater l’évolution des travaux annoncés par la Chine, ils relèvent un décalage entre les déclarations du gouvernement chinois et la réalité du terrain.
• Enfin, au sein des espaces participatifs, les internautes ne sont pas très loquaces sur le sujet. On notera cependant qu’une majorité d’entre eux fustigent le projet, accusant la Chine de « colonialisme » non feint quand quelques-uns saluent l’initiative et listent ses potentiels bénéfices pour l’Europe.